Histoire et Piercing

On parle souvent du piercing comme d'une mode récente et... C'est complètement faux !

 

 

C'est un thread de @AgeMoyen sur twitter qui m'a enfin motivée à vous parler brièvement de ce sujet; et pour les plus passionnés/curieux d'entre vous, je vous invite fortement a vous procurer le bouquin « Piercing, sur les traces d'une infamie médiévale » de Denis Bruna qui comporte de nombreuses illustrations très intéressantes !

 

De nos jours les piercings sont plutôt bien acceptés dans notre société, ou en tout cas de plus en plus acceptés et démocratisés. Mis à part quelques remarques éculées on s'en sort bien mieux qu'il y a encore 20 ans !

Mais revenons un peu en arrière car pendant de nombreux siècles le piercing était une marque d'infamie dans toute l’Europe en général. Oui, plusieurs siècles !

 

On peut par exemple trouver des boucles d'oreilles (dédiée presque uniquement aux lobes) dans les tombes des nobles européens dès le VI ème siècle jusqu'au VIII-IX ème siècle où leurs traces semblent disparaitrent.

 

Plusieurs raisons selon @AgeMoyen :

A l'époque, le métal coûte cher ; et on peut également penser que vu les conditions globales d'hygiène, les gens avaient bien compris que se faire percer la peau était un bon moyen de choper une infection... et donc de mourir.

 

Évidemment c'est une grande différence avec notre époque actuelle : le titane est très accessible et on ne meurt plus aussi facilement d'une infection ( et si vous faites bien les soins que l'on vous indique, chopper une infection relève de la mauvaise fois :p).

 

Mais la principale raison pour laquelle le piercing tombe dans le domaine de l'infamie vers le IX ème siècle nous vient de la bible « Vous ne ferez pas d'incision dans votre chair [...] ni de marque sur votre corps » (Lévitique, 28).

C'est probablement ce dernier point qui explique que peu à peu le piercing soit associé à des figures marginales. Chez le peintre Bosch, par exemple, les piercings sont portés par des gens peu sympathiques (bourreaux, gueux, prostituées...) comme vous pouvez le voir sur les peintures ci dessus/dessous.

 

On continue avec AgeMoyen : « En Occident de telles marques sont utilisées comme des signes d'infamie : au XVe siècle, les femmes juives d'Italie du nord doivent porter des boucles d'oreille pour ne pas être confondues avec des honnêtes femmes chrétiennes... A l'époque, un menteur est puni par le percement de la langue, un voleur par l'incision du lobe d'une oreille, les prostituées sont marquées au fer rouge : l'intégrité du corps est le symbole de l'intégrité de l'âme. »

 

Les boucles d'oreille (sur les lobes uniquement) redeviennent à la mode et se banalisent à partir du XVIème siècle pour les hommes comme pour les femmes, à l'inverse des autres piercings qui sont toujours infamants. Un retour à la mode porté entre autre par Henri III.

 

Attention il ne s'agit ici que d'une analyse superficielle qui porte sur l'europe uniquement, on pourra discuter plus tard sur une autre publication des origines et de la perception du piercing dans le monde. Ce sera là aussi de manière superficielle car l'idée est de vous intéresser au sujet, pas de vous donner un cours magistral accompagné d'un corpus de 450 pages et 600 références ;)

 

Si vous souhaitez creuser le sujet, vous pouvez vous tourner vers l'ouvrage de Denis Bruna conseillé en intro, vous trouverez également des articles très complets sur le net !